04 Apr, 2020

Le sociologue Daniel Supplice vient d’être nommé ambassadeur d’Haïti à Santo Domingo en remplacement de Fritz Cinéas qui a occupé ce poste depuis environ 10 ans.

Le GARR apprend avec consternation  l’assassinat de  Claude Jean Harry, un cireur de chaussures haïtien connu et apprécié dans son quartier, à Santiago, République Dominicaine, le 11 février 2015. Cet acte barbare dont est victime le jeune migrant haïtien, a été commis dans le parc Ercilia Pepin en face de l'hôpital José María Cabral y Báez. Peu après, le drapeau haïtien a été incendié par un groupe de civils dominicains qui se disent contre la présence d’immigrants haïtiens sur le sol dominicain.

Des militaires dominicains ont procédé dans la soirée du 27 janvier 2015 au rapatriement de 50 personnes à la frontière de Belladère/Elias Piña. Parmi ces personnes rapatriées, on enregistre 28 enfants, 14 femmes et 8 hommes. Les enfants étaient accompagnés de leur institutrice, Isabella Pomares, 74 ans, une sœur catholique d’origine espagnole.


Le marché frontalier dominicain de Pedernales a fonctionné timidement, le 19 janvier 2015. Un mouvement de protestation qui a débuté, le 16 janvier 2015, dans la commune frontalière d’Anse-à-Pitre, a été à l’origine de ce ralentissement. Des commerçants-es ont organisé une manifestation pour réclamer le départ des agents exécutifs de la mairie de la zone.

Une société plus juste et solidaire où les droits

de toutes et  tous sont respectés, notamment ceux des migrantes et des migrants.Tel est le but ultime du GARR.

Ainsi, il vous souhaite  une joyeuse fête

de fin d’année et un nouvel

an dans la sérénité

et la paix

Publié dans GARR

Une situation  de tension  a régné tôt ce lundi 8 décembre 2014 à la frontière de Boc Banic (localité de Losiane, section communale de Thomassique), dans le Haut Plateau central aux environs de 6 heures 30 du matin. A l’origine, la population de cette localité frontalière a intercepté Athanael Gierra Cordero, un citoyen dominicain qui est accusé d’avoir volé deux sacs appartenant à deux commerçantes haïtiennes. Ces dernières traversaient la localité dominicaine Banica pour se rendre au marché d’Elias Piña, a appris le GARR.

Ce 4 décembre 2014 ramène le 3ème anniversaire du décès de Sonia Pierre. Fauchée par une crise cardiaque, ce symbole vivant de la lutte pour le respect des droits humains en République Dominicaine, avait consacré toute sa vie à lutter pour que les migrants haïtiens et leurs fils nés en territoire dominicain aient accès à la pleine jouissance de leurs droits. Trois ans après la mort de cette militante, les conditions de vie de cette importante catégorie de personnes ont-elles connu une amélioration  sur le sol dominicain?

« L’impartialité de la justice, un pas important pour éradiquer le viol des femmes et des adolescentes », c’est autour de ce thème que le GARR a commémoré en collaboration avec le RFJS, le 25 novembre 2014, à la frontière de Belladère/Elias Piña, la Journée Internationale pour l’Elimination de la violence faite aux femmes. Plusieurs activités ont été réalisées pour marquer cette date importante dans l’histoire de la lutte féminine. Au nombre de ces activités réalisées figuraient une journée de réflexion et la signature d’un accord de collaboration entre des organisations féminines et celles de droits humains haïtiano-dominicaines. Cet accord permettra d’établir une stratégie binationale pour combattre la violence faite aux femmes et promouvoir une communauté de non violence à la frontière.

Publié dans Droits de l'Homme

Malgré les efforts consentis de nos jours dans la lutte pour combattre la violence faite aux femmes et adolescentes en Haïti, ce phénomène reste toujours un fléau dans la société  haïtienne. Selon le constat de diverses organisations de droits humains  dont le GARR,  l’une des plus grandes causes de ce problème est la défaillance du système  judiciaire du pays qui ne prend pas toujours des mesures pour punir les auteurs de ces actes et d’assurer la protection des victimes lorsqu’elles ont porté plainte. Ainsi, les femmes victimes de violence, notamment le viol, perdent confiance en les fonctionnaires de la justice, tels que : les policiers, les commissaires du gouvernement, les juges de paix, etc. En outre, la façon dont se déroulent les procédures judiciaires favorisent les gens qui ont plus de moyens financiers au détriment ce ceux qui n’en ont pas.

Publié dans Droits de l'Homme
lundi, 24 novembre 2014 15:53

Avis de Recrutement

Publié dans GARR

Login Form



mobil porno rokettube porno video porno izle